coureurs de bois , trappeurs &cie.

forum dédié à la recherches d\'infos sur les trappeurs, coureurs et autres mountain men....évocation ou reconstitution,


    Pierre-Esprit Radisson

    Partagez

    cricri

    Messages : 94
    Date d'inscription : 05/03/2012

    Pierre-Esprit Radisson

    Message  cricri le Dim 11 Mar - 14:14

    wikipedia :

    On ne connaît pas précisément le lieu et la date de naissance de Pierre-Esprit Radisson, car son acte de baptême n'a jamais été retrouvé. Son père était originaire d'Avignon et sa mère de Saint-Malo, mais il est très probable que Pierre-Esprit soit né à Paris vers 1636. En effet, un acte notarié mentionne qu'il est originaire de la paroisse Saint-Sulpice à Paris1. Il est toutefois impossible de vérifier dans le registre de cette paroisse, car ce dernier a disparu dans le terrible incendie de 1871 qui a détruit toutes les archives anciennes de Paris.

    Radisson arriva en Nouvelle-France à l'adolescence en 1652 et fut capturé lors d'un raid iroquois en 1653. Il fut par la suite adopté par ses ravisseurs et se familiarisa avec leurs coutumes. Après deux années passées avec les Iroquois, il s'évada pour revenir en Nouvelle-France et, recruté par Médard Chouart des Groseilliers qui avait entre-temps épousé sa demi-sœur, il devint coureur des bois dans les régions du Lac Michigan et du Lac Supérieur en 1659. À leur retour en 1660 à Trois-Rivières, ils ramenèrent une cargaison de fourrures sur plus de cent canots. Comme ils n'avaient pas de permis pour la traite des fourrures, le gouverneur de la Nouvelle-France Pierre de Voyer d'Argenson leur confisqua leurs butins et les soumit à l'amende.

    Le précédent voyage leur avait cependant permis de découvrir la mer salée, la baie d'Hudson, dont parlaient les autochtones. Ils cherchèrent à lancer une entreprise de commerce mais ne reçurent aucun appui en Nouvelle-France. Des Groseilliers n'ayant pu obtenir justice lors d'un voyage en France, les deux explorateurs partirent pour Boston afin d'intéresser les autorités de la Nouvelle-Angleterre à des expéditions. Ils y rencontrèrent le colonel anglais George Cartwright qui les emmena en Angleterre et les présenta à la Cour du roi Charles II.

    En juin 1668, ils partirent finalement d'Angleterre, conduisant deux navires marchands affrétés par le prince Rupert, l'Eaglet et le Nonsuch, vers la baie d'Hudson par le nord. Cette nouvelle route plus courte éliminait la nécessité de passer par le fleuve Saint-Laurent contrôlé par les Français. Seul le Nonsuch arriva à destination, Des Groseilliers à son bord, car l'Eaglet, avarié dans une tempête, dut retourner en Angleterre avec Radisson.

    Lors d'un voyage à Londres en 1674, les deux explorateurs, insatisfaits de leur traitement par la compagnie, furent convaincus par le jésuite Charles Albanel de revenir à la France. Ils furent cependant froidement reçus par le gouverneur Louis de Buade de Frontenac, et Radisson retourna bientôt en France où il entra dans la Marine. Il participa en 1682 à un début de reconquête de la baie d'Hudson pour la France.

    Radisson est pressenti en 1681 à Paris par un marchand canadien, Charles Aubert de La Chesnaye, qui reçoit l'année suivante une charte pour la traite des fourrures, la Compagnie du Nord. L'expédition doit fonder un établissement français à l'embouchure de la rivière Nelson. Radisson et Des Groseilliers, qui l'ont rejoint, arrivent à en prendre possession, grâce à une meilleure connaissance de la région et de ses habitants. Ils font de nombreux prisonniers, dont le gouverneur de la colonie anglaise, John Bridgar, et acquièrent une grande quantité de fourrures. Fiers de leurs succès, ils reviennent à Trois-Rivières, et pensent éviter de payer le quart sur les pelleteries, ce qui leur vaut d'être envoyés en France par Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre pour que l'affaire y soit jugée2.

    Toujours frustré par les Français qui remirent aux Anglais un navire qu'il avait capturé, Pierre-Esprit Radisson passa de nouveau au service de la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1684 et mena des expéditions contre les Français dans la baie. Il obligea notamment son neveu à rendre Fort Bourbon à la Compagnie. Il dirigea ensuite le commerce de 1685 à 1687 à Fort Nelson à l'embouchure du Fleuve Nelson.

    Devenu citoyen anglais en 1687, Radisson rentra en Angleterre où il termina l'écriture de ses récits de voyage. Il mourut à Londres en juin 1710 dans la pauvreté. Un registre paroissial londonien mentionne en date du 21 juin 1710 les funérailles d'un gentleman ruiné du nom de Pierre Radisson3.

    Un trés long texte bien détaillé sur Radisson :

    http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=35174

    Extrait :

    Radisson a été, semble-t-il, un de ces personnages extraordinaires, doués d’un heureux caractère, amoureux de la vie, s’adaptant très facilement et peu encombrés de scrupules religieux, moraux ou patriotiques. Il symbolise tout le pittoresque et la richesse d’une époque d’aventures et d’intrigues, de brutalité et d’imagination. Explorateur-né, il avait non seulement la résistance physique et morale nécessaire à la vie des bois, mais aussi un jugement instinctif et sûr des possibilités qu’offraient certaines régions et certaines routes, sur le plan commercial. Sa connaissance approfondie de la psychologie des Indiens et son enthousiasme spontané devant les beautés de la nature lui ont permis de décrire les terres qu’il découvrait et de faire la chronique de la vie des indigènes. Simple coureur de bois, vivant, chassant, et tuant de compagnie avec les Indiens, il prit part à des affaires internationales, vécut dans les milieux de la cour, et eut l’occasion de converser avec des rois. Tantôt Français et catholique, tantôt Anglais (et sans doute protestant), il se maria trois fois, fut témoin de la peste et du grand incendie de Londres, assista au couronnement de Jacques Il et vit la fondation de la Hudson’s Bay Company. Il passa de rudes hivers dans le grand Nord, et participa à une campagne navale dans les Antilles. Bien qu’il fût un opportuniste, un personnage troublant et, au fond, peu recommandable, on ne peut s’empêcher d’admirer ses multiples talents et son extraordinaire vitalité.

    à lire :


    pat le trappeur

    Messages : 395
    Date d'inscription : 06/03/2012
    Age : 53
    Localisation : Le Mans

    Re: Pierre-Esprit Radisson

    Message  pat le trappeur le Dim 11 Mar - 15:08

    Ce livre est dans ma liste lors de prochain achat mais j'en ai d'autres de Radisson.

    cricri

    Messages : 94
    Date d'inscription : 05/03/2012

    Re: Pierre-Esprit Radisson

    Message  cricri le Dim 11 Mar - 15:59

    pat le trappeur a écrit:Ce livre est dans ma liste lors de prochain achat mais j'en ai d'autres de Radisson.

    Salut,

    Sacré bonhomme !
    Un vrai de vrai !

    Il a écrit 6 livres sur ses aventures. Les manuscrits originaux ont été perdus pour 4 d’entre eux. Il reste juste des traductions anglaises des 4 premiers.

    J'aimerai bien trouver ses œuvres complètes.

    Quand je fais du canoë, que je passe par exemple à la pointe au baptême, prés de chez moi, je sais qu'il est passé ici et j'imagine les aventures extraordinaire qu'il a vécu !


    pat le trappeur

    Messages : 395
    Date d'inscription : 06/03/2012
    Age : 53
    Localisation : Le Mans

    Re: Pierre-Esprit Radisson

    Message  pat le trappeur le Lun 12 Mar - 5:10

    Bon courage pour tes recherches de livres.Il y a aussi des BD sur lui.

    Contenu sponsorisé

    Re: Pierre-Esprit Radisson

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:10


      La date/heure actuelle est Jeu 8 Déc - 0:10